Pourquoi l’abaissement à 80 km/h des routes limitées à 90 km/h a-t-il été décidé ?

   | Créé le | Article modifié le Retrait-PermisPourquoi l’abaissement à 80 km/h des routes limitées à 90 km/h a-t-il été décidé ?

C’est sans doute la mesure qui a provoqué le plus de remous au sein de l’opinion publique – et qui continue de déchainer les passions. Le 9 janvier 2018, le Comité interministériel de la sécurité routière et le Premier ministre ont décidé de limiter à 80 km/h les routes actuellement limitées à 90 km/h. Détails signés Retrait-Permis.com.

Ce que préconise précisément le CISR en matière de vitesse

Parmi les 18 « mesures fortes » adoptées par le CISR présidé par Édouard Philippe, la mesure n°5 a particulièrement retenu l’attention des médias et des associations de défense des conducteurs. Objectif annoncé ? « Faire baisser le nombre de morts en réduisant la vitesse moyenne sur les routes les plus accidentogènes« . Le dossier de presse émis pour l’occasion dresse le constat suivant  :

 

Entre 2002 et 2005, l’installation et le développement des radars automatiques a eu pour effet une baisse de 7 % des vitesses moyennes pratiquées sur le réseau des routes à double sens hors agglomération ; dans la même période, une baisse de 37 % de la mortalité y était enregistrée.

 

Le Comité interministériel de la sécurité routière poursuit  :

 

55 % des accidents mortels (1911 morts en 2016), se produisent sur les routes du réseau secondaire où la circulation est à double sens sans séparateur central. Comme l’a établi le comité des experts du Conseil national de la sécurité routière dans son rapport du 29 novembre 2013, une réduction de la vitesse maximale autorisée à 80 km/h sur les routes à double sens sans séparateur central, aujourd’hui limitée à 90 km/h, permettrait de sauver entre 300 et 400 vies par an. La baisse des vitesses maximales autorisées (VMA) sur les routes où la mortalité routière est la plus forte, en passant de 90 à 80 km/h, s’impose donc pour orienter durablement la courbe de la mortalité routière à la baisse. Une telle mesure présente également l’avantage d’améliorer la fluidité du trafic et de diminuer les émissions polluantes dans l’environnement.

 

« Réduire de 90 km/h à 80 km/h les vitesses maximales autorisées »

De ce postulat, le CISR a tiré une mesure, que voici  :

 

Réduire de 90 km/h à 80 km/h les vitesses maximales autorisées sur les routes à double-sens, sans séparateur central en dehors des routes à deux fois deux voies et des routes à trois voies qui sont conçues pour permettre des dépassements sécurisés. Il est instauré une clause de rendez-vous au 1er juillet 2020 afin d’étudier avec précision et objectivité l’impact sur l’accidentalité de cette mesure.

Dès le 1er juillet 2018, les routes « à double-sens, sans séparateur central en dehors des routes à deux fois deux voies et des routes à trois voies » seront donc limitées non plus à 90 km/h mais à 80 km/h. Approximativement 400 000 kilomètres de routes sont concernés.

Crédit photo  : L’Union.fr